Réunion sur le stationnement à Saint-Malo – Acte 1

IMG_2226-c

Alors qu’un second rendez-vous est programmé mardi 1er mars prochain (19h30 au Théâtre Bouvet), nous vous proposons de revenir sur la première réunion publique du 2 février sur le futur du stationnement – payant – à Saint-Malo (à partir de 2017). Ces réunions d’information et de concertation (du moins, sur le papier) donnent suite au premier volet (projet et appel d’offres) avorté fin 2015. Ce premier épisode avait déjà suscité des réactions hostiles comme à Rochebonne et Paramé.

Présentation de l’état des lieux et du projet

La soirée était animée par Jacques Bénard, adjoint aux infrastructures urbaines et aux espaces publics, appuyé par Patrick Charpy (adjoint au développement économique), Arnaud Nivot (directeur du service environnement et espaces publics de la ville) et Benoît Bertiaux (directeur général adjoint aux services techniques pour la ville et l’agglo).

Le diaporama présenté à cette réunion aurait dû être disponible en ligne – d’après l’annonce faite à cette réunion – mais il n’en est rien à ce jour. Nous ne vous en présenterons que des extraits via les photos ci-dessous.

Comme déjà présenté en 2015, le projet prévoit des zones payantes plus étendues autour d’Intra-Muros, de la gare, de Saint-Servan et Paramé, une modernisation des équipements, une différenciation basse-moyenne-haute saison…

Ces éléments sont le résultat d’une vaste étude commandée par la ville, réalisée par le bureau Sareco, qui analyse la situation actuelle et émet un certain nombre de propositions et suggestions pour résoudre les différentes problématiques.

Échanges avec le public

Nous retranscrivons ici l’échange entre les services de la ville et le public présent dans l’assemblée. Notre retranscription n’est pas exhaustive et nous en avons simplifier des passages pour qu’elle soit la plus lisible possible.

N’hésitez pas à signaler toute correction ou complément de réponse si vous étiez présent à cette réunion.

P = question/échange du public et M = réponse de la Mairie

 

Une impression de déjà-vu et à refaire, revue régulièrement au cours de la soirée,

  • Public (un habitant de Rochebonne) : On a l’impression de retrouver le même plan qu’en 2015, malgré les échanges faits depuis.
  • Mairie : Le plan présenté est issu de l’étude du cabinet Sareco, il ne tient pas compte des échanges qui ont déjà eu lieu en 2015, mais ils ne sont pas oubliés.

 

Sur le ratio stationnement payant/total,

  • Public : Est-ce un objectif recherché de se rapprocher des villes comme Dinan (50%) ou Vannes (30%) ?
  • Mairie : Pas un objectif. Juste un élément de comparaison.

 

Sur le rapport Sareco (lire également ci-dessous)

  • P : A-t-on la possibilité de consulter l’étude du bureau Sareco en mairie ?
  • M : l’étude est technique mais disponible en mairie de Saint-Servan

 

  • P : Demain, on utilisera son téléphone pour stationner (proposition du futur plan), pourquoi le document (Sareco) ne serait-il pas disponible en ligne  ?
  • M : Venez le voir (en mairie), il semble y avoir beaucoup d’attente sur ce document.
    Pour le diaporama, oui. (NDLR : pas disponible à ce jour)
    Attention trop d’info tue l’info… mais il n’y pas de secret.
    Par ailleurs, les tarifs présentés seront revus avec l’assistant maitrise d’ouvrage (NDLR qui accompagne la ville dans l’établissement de ce futur plan)

 

Sur le quartier de Saint-Servan,

  • P : Le périmètre est considérablement étendu au détriment du résident et contribuable, où les résidents vont-ils se garer ?
  • M : A propos du contribuable qui paie : avec le stationnement payant, l’effort de financement des équipements et voirie est partagé fortement avec les touristes.
    A propos des commerces, un des axes de l’étude est de desservir les commerces de façon fluide. Le projet a reçu un avis positif des unions commerciales.

 

  • P : Pour les rues attenantes à la rue Clemenceau, quelles seront les modalités du stationnement longue durée ? Avec l’exemple d’un commerçant faisant des petits déplacements régulièrement en journée.
  • M : Il y aura un abonnement comme pour Intra-Muros, avec des secteurs définis.
  • P : Donc c’est payant, c’est un impôt local supplémentaire. Quid de la campagne municipale sur la non-augmentation des impôts locaux.
  • M : Le paiement du stationnement est le paiement d’un service, pas d’un impôt
  • P : Quid du développement de l’urbanisme au niveau de la Criée et du Naye ?
  • M : Il y a une obligation de construire des parkings pour toutes les nouvelles opérations.
Sur la délégation 2015 infructueuse,
  • P : Les raisons ?
  • M : Plusieurs éléments dont un nouveau parking en enclos quai Duguay-Trouin (ex parking des cars, qui n’était pas géré par la ville jusqu’à présent), l’étude urbanistique du second semestre 2015 qui donne des recommandation sur le besoin de parkings relais en entrée de ville.
    Le cahier des charges s’en est trouvé modifié et la consultation a été déclarée infructueuse pour ne pas intégrer plusieurs avenants dans un contrat naissant, et potentiellement attaquable pour les candidats non retenus.
Sur un stationnement à disque (et donc gratuit),
  • P : Pourquoi il n’y a pas de stationnement à disque ? Parce que ça ne rapporte rien ?
  • M : Oui effectivement, et il faut financer les infrastructures
  • P : À Lorient, tout est gratuit pourtant.
  • M : La charge est supportée par les Lorientais (via les impôts locaux) mais l’attraction touristique est moindre. Et les commerçants se plaignent du système à cause des voitures ventouses.

 

Sur un futur parking à enclos du Naye,
  • P : Il y a une certaine inquiétude sur le projet de parc enclos vers les équipements du Naye.
  • M : C’est un secteur compliqué, il y a de nombreuses activités, avec les pêcheurs avec un stationnement autour de la cale, la piscine et la salle de sport… Le parc en enclos vise à limiter l’occupation du Naye avec l’afflux touristique. Une piste de réflexion pour que les abonnés des équipements puissent profiter : un abonnement piscine + parking ?

 

Sur les coûts, les recettes et les contrôles,

  • P : Concernant le stationnement illégal, il est probable qu’il augmente avec un parc payant plus étendu. Les services de la ville sont-ils prêts à faire face ? (pelouse et ronds-points autour du Naye par exemple)
  • M : La question est plus large avec les voitures sur les trottoirs…
  • P : Que fait la police, c’est inadmissible !

 

  • P : Un nouveau servanais évoque des débats de son ancienne commune « Pas d’impôts que des taxes » et provoquent les rires du public.
    Combien d’agents dédiés au contrôle du stationnement payant ? Et à terme ?
    Le stationnement payant doit être payé ! Mais quel est le taux de respect de la réglementation ?
  • M : Il y a 4 ASVP et 2 policiers municipaux affectés au contrôle du stationnement actuellement.
    Il est prévu que les contrôles plus rapide avec le système basé sur les plaques.
    Il y a environ 20 à 25 % de recouvrement à Saint-Malo
    Seuls les enclos permettent d’avoir la certitude du paiement. Il faudra voir à l’usage pour savoir jusqu’où aller dans le contrôle (des infractions).

 

  • P : Quel est le coût de la modernisation des horodateurs ?
  • M : La durée de la DSP est prévue pour absorber l’investissement et l’amortir : 12 ans sont prévus pour le nouveau projet.
  • P : Combien ça rapporte ?
  • M : 750 000 euros par an mais il y a des dépenses en face. L’usage des terrains du Conseil général, les contrôles, l’entretien de base. Par exemple, la reprise des enrobés de la Bourse, c’est quasiment le million d’euro. Il faut donc cofinancer avec les recettes du délégataire.

 

Un « tarif malouin » ?
  • P : Ne pourrait-t-on pas être « abonné de la ville » pour se déplacer aisément dans toute la ville ? (NDLR ce qui reviendrait à une tarification préférentielle pour les résidents malouins sur toute la zone payante)
  • M : Pour l’abonnement par quartier, c’est envisagé. Sur toute la ville, ça n’a pas été envisagé mais on note votre proposition.

 

Autres questions et remarques,

  • P : Il y a une incohérence avec les résidents par intermittence qui prêtent leurs cartes (de stationnement) aux touristes qui occupent leur bien.
  • M : Le prêt des cartes est anormal, le futur système prévu (avec lecture des plaques d’immatriculation) devrait éviter les détournements de procédure (seules celles du résident seront associées à son abonnement).

 

  • P : Les navettes (du parking Féval) vont uniquement à Intra, à quand dans les quartiers ?
  • R : Le parking Féval est un parking de délestage, et lors d’étonnants voyageurs, il marque un arrêt à la gare.
    Pour les parkings relais, il y aura des possibilités pour desservir les quartiers, qui seront connectés à la nouvelle forme de transport (avec progressivement des voies élargies ou réservées)

 

  • P : « Intra-Muros le grand foutoir », on oublie l’attractivité résidentielle ? Contribution supplémentaire sera-t-elle demandée aux commerçants ? DSP vs gestion propre ? Votation du projet ? Policiers plus orientés sur les résidents que les commerçants (pour verbaliser) ?
  • M : Un des objectifs c’est aussi de fluidifier le stationnement pour les résidents, de promouvoir la circulation douce.
    A quel titre les commerçants seraient-ils plus taxés ? Ce n’est pas à l’ordre du jour et probablement pas recevable par le Conseil municipal.

 

Rendez-vous mardi 1 mars à partir de 19h30 au Théâtre de Saint-Servan, pour la seconde réunion publique, avec une présentation de synthèse de l’avancement du projet. À suivre…

Le « rapport Sareco »

Le rapport de la société Sareco a fait l’objet de nombreuses spéculations, étant le socle du projet présenté par la municipalité. Suite à la réunion, ce rapport était librement consultable en mairie annexe de Saint-Servan mais rares sont ceux qui ont poussé les portes de la mairie pour le découvrir.

Ce dernier dresse un état des lieux et une liste de recommandations et de suggestions pour améliorer le stationnement dans les zones les plus saturées. Le document n’est pas d’une technicité particulière et un certain nombre de constats est, nous semble-t-il, facilement observable par les malouins, le mieux étant de consulter le document pour en juger par vous-même. Pas de grande surprise pour nous à sa découverte.

Voici tout de même quelques éléments – variés – du rapport qui n’ont pas été évoqué lors de la première réunion :

  • Avec la dépénalisation des infractions de stationnements, les ASVP peuvent être remplacés par des agents (privés et assermentés) d’un délégataire.
  • Le forfait post-stationnement (qui remplacera l’amende) est obligatoirement du montant de la durée maximale autorisée sur la zone de stationnement. L’astuce tarifaire consiste alors à faire coïncider la tarification avec « l’amende » envisagée, en l’occurrence dans l’exemple du rapport, 20 € quelle que soit la zone pour 2 jours de stationnement. Pour les zones les plus chères, la tarification fait alors un bond de 3€ pour 24h à 20€ pour 2 jours.
  • Le stationnement désormais facturé au 1/4 d’heure fera baisser les recettes, il est préconisé d’augmenter la tarification pour limiter cette baisse.
  • Deux scénarios sont présentés pour faire évoluer le stationnement, un dit de « mise à niveau », un autre qualifié de « volontariste » qui étend plus fortement le périmètre et la tarification. Le projet présenté par la ville semble être un entre-deux.
  • La signalisation actuelle fait parfois défaut : marquage effacé, panneaux trompeurs à l’entrée d’Intra-Muros. Le parking Féval aurait lui besoin d’une barrière pour limiter la fraude.
  • Les arrêts 15 minutes ne sont pas respectés (en particulier Intra-Muros), et il est difficile de contrôler ces places sans une installation coûteuse.
  • Plages : un agrandissement du parking de la plage du Pont est suggéré, ainsi que la création d’un nouveau parking pour la plage du Havre, sur la commune de St-Coulomb.
  • La zone de Rochebonne pourrait rester gratuite hors saison.
  • Renforcer l’attractivité du parking Effia de la gare, avec un forfait soirée, 20 min gratuit, ou la gratuité avec une place au cinéma Vauban ?
  • La régularité des circuits de contrôle des ASVP est mise en cause : il faudrait changer régulièrement les circuits et organiser des actions « coup de poing ».

Il ne s’agit que d’éléments du rapport, qui ne préjugent pas du projet final de la ville mais permettent de mieux cerner les différents points abordés dans le document.

Une réaction sur “Réunion sur le stationnement à Saint-Malo – Acte 1

  1. Je suis habitant de Paramé, je souhaiterai qu’on laisse le stationnement gratuit a Rochebonne, Paramé et st Servan (pour ce qu’il en reste. Ce n’est pas parce que toutes les grandes villes font du chiffre facile qu’il faut prendre exemple sur elles… Laissons ST Malo vivre et se développer Touristiquement avec cette différence, je pense qu’elle sera reconnue tot ou tard car les villes Touristiques sont toutes dénigrée par ces places payantes qui agressent et ne servent a rien – sauf enrichir quelques un qui ne vivent pas du Tourisme…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *